Le secret bancaire – Approches nationale et internationale

Le secret bancaire – Approches nationale et internationale
Régulièrement mis en cause dans les médias, le secret bancaire demeure assez mal connu du grand public. Est-il vraiment un paravent juridique dénoncé permettant de laisser libre cours aux opérations illicites, plus spécifiquement en matière fiscale ? Assurément non. Le secret bancaire constitue avant tout le socle de la relation de confiance unissant le client à son banquier. Il n’est donc pas réservé aux seuls « paradis bancaires ». En droit français le secret bancaire est effectif sans être absolu puisqu’il peut être levé dans un certain nombre de cas expressément prévus, dès lors qu’il s’agit de protéger d’autres intérêts privés (cautionnement, surendettement, etc.) ou plus généralement l’intérêt public (justice pénale, lutte contre le blanchiment d’argent, etc.). Mais qu’en est-il des territoires réputés pour leur discrétion bancaire, tels que la Suisse, le Luxembourg ou Monaco ? Le secret bancaire y demeure-t-il toujours opposable aux tiers ? Alors que la communauté internationale affiche sa volonté de lutter efficacement contre les paradis fiscaux, comment leurs secrets bancaires évoluent-ils ? Quelles en sont les conséquences en matière d’entraide fiscale ? Loin des débats partisans, cet Essentiel offre au lecteur une synthèse rigoureuse et claire des fondements juridiques, de la portée et des limites du secret bancaire français, mais également de ses homologues suisse, luxembourgeois et monégasque ainsi que leurs incidences en matière d’entraide pénale et fiscale.

0 Commentaires:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *